Institut National du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle

Intefp de nuit

Les inspecteurs du travail sont des fonctionnaires de l’État (catégorie A) au cœur des enjeux sociaux et professionnels de l’entreprise. Acteurs du monde du travail, ils concourent à l’amélioration des conditions de travail, de la santé au travail et des relations professionnelles, et veillent au respect du droit du travail.

Les inspecteurs du travail dépendent du Ministère du Travail et exercent leur fonction dans les services déconcentrés du ministère et les Directions Régionales de l’Entreprise, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi ( DIRECCTE)
Intervenant directement dans les entreprises, ils effectuent un travail de terrain caractérisé par de multiples contacts et déplacements sur les lieux de travail. Ils ont à la fois des missions de contrôle, de prévention et de conseil, indissociables.

Diversification des métiers

Les inspecteurs du travail exercent aussi au sein du Pôle 3E (Emploi, Entreprise, Economie). L'INTEFP accompagne les agents affectés au Pôle 3E, au niveau régional (en DIRECCTE) ou au sein d'une unité territoriale, à l'issue d'un concours d'Inspecteur du travail ou d'attaché, ou tout au long de leur parcours professionnel. Le Pôle 3E recouvre essentiellement le développement de l'activité économique, de l'emploi et de l'insertion professionnelle sur le territoire régional.

La mission du Pôle 3E se décline au travers de 4 axes :

  • valoriser les ressources humaines, la compétitivité et l'innovation en vue de développer l'activité et l'emploi,
  • anticiper et accompagner les mutations économiques,
  • accompagner les demandeurs d'emploi et les personnes les plus exposées au risque d'exclusion du marché du travail,
  • assurer le contrôle de la réglementation de la formation professionnelle.

Les postes proposés sont principalement des postes de chargés de mission :

  • chargé de développement de l'emploi et des territoires,
  • chargé de missions mutations économiques,
  • chargé de mission sur d'autres dispositifs ou thématiques tels que le Fonds Social Européen, Insertion par l'Activité Economique, Travailleur Handicapé etc...

L'agent peut être affecté au service régional de contrôle de la formation professionnelle. Il s'agit des missions régaliennes suivantes :

  • contrôle administratif et financier des organismes de formation,
  • contrôle des Organismes Paritaires Collecteurs Agrées,
  • contrôle du financement de l'apprentissage,
  • contrôle du fonds social européen.

Aux vues de la multiplicité des postes qui peuvent lui être confiés, l'agent doit être en capacité de :

  • s'inscrire dans une stratégie régionale de l'emploi, en lien avec l'échelon régional,
  • piloter l'organisation et le développement d'un projet,
  • maîtriser les méthodes d'ingénierie et de conduite de projet pour pouvoir animer un collectif,
  • analyser ou faire une synthèse pertinente d'une situation, d'un dossier technique,
  • évaluer les politiques publiques,
  • contrôler les fonds de la formation professionnelle.

L'agent doit faire preuve d'initiative et être en interaction avec les partenaires sociaux et économiques présents sur les territoires tout en rendant compte auprès des services concernés de la DIRECCTE. A cette fin, l'INTEFP propose, dans le cadre de son offre de formation nationale, des modules de formation pour tous les agents affectés sur ces postes( Catalogue des formations 2014).

Recrutement par concours

Conditions d'inscription

Les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de niveau II ou d'une qualification reconnue comme équivalente.

Épreuves

Epreuves écrites d’admissibilité (quatre épreuves obligatoires)

  1. Une composition portant sur l’évolution générale, politique, économique et sociale depuis 1945 (durée : 5 heures ; coefficient 3).
  2. Une composition de droit du travail ou de droit social européen (durée : 4 heures ; coefficient 4).
  3. Au choix du candidat, effectué au moment de son inscription, une composition portant sur un ou plusieurs sujets dans l’une des quatre matières à option suivantes (durée : 4 heures ; coefficient 2) :
    • droit public ;
    • droit privé ;
    • économie de l’entreprise, politiques de l’emploi et politiques sociales ;
    • sciences de la matière ou de la vie.
  4. Une épreuve sur dossier relative aux conditions de travail, faisant appel à des connaissances en matière d’hygiène et de sécurité du travail, d’ergonomie et d’organisation du travail, à des notions élémentaires de physique, de chimie ou de biologie (durée : 4 heures ; coefficient 3).

Épreuves orales d'admission (trois épreuves obligatoires)

  1. Au choix du candidat, effectué au moment de son inscription, une interrogation sur l’une des matières à option suivantes (durée : 15 minutes ; coefficient 2 ; préparation : 15 minutes) :
    • droit public ;
    • droit privé ;
    • économie de l’entreprise, politiques de l’emploi et politiques sociales ;
    • sciences de la matière ou de la vie.
      La matière à option choisie doit être différente de celle sur laquelle le candidat a composé pour la troisième épreuve d’admissibilité.
  2. Un entretien avec le jury permettant l’évaluation des capacités, de la motivation et des aptitudes relationnelles du candidat à être inspecteur du travail (durée : 45 minutes ; coefficient 4).
  3. Une conversation dans la langue choisie au moment de l’inscription : anglais, espagnol, portugais, allemand, italien ou polonais, sur la base d’un texte rédigé dans cette langue (durée : 15 minutes ; coefficient 1 ; préparation : 15 minutes).